hellohelwe

Les vacances de Tobeen

Il semblerait que quelque part, de l’autre côté du golfe persique, ce soient les grandes vacances. Les grasses matinées, les salades de pâtes sur la plage, les vagues, le sable, les balades en bateau, les expos, les apéros rosé, les festivals, les dîner à 22h30 baignés par la lumière tardive de l’été.

La lumière… Cette douce lumière qui berce les matins et les soirées, à l’ombre des pins. La douce légèreté de l’être en été.

Ici, bientôt la lumière sera synonyme de repos et de lassitude. Bienheureux ceux qui jeûnent de vivre dans un pays où le coucher de soleil est à 19h00. Il sera interdit de se mettre en maillot et de se prélasser dans l’eau. Le soleil sera écrasant et sa disparition quotidienne le glas d’une certaine joie.

Pourtant en regardant cette photo prise du tableau de Tobeen (1880-1936), Sur la dune, je ne peux m’empêcher d’avoir envie d’être une de ces baigneuses. D’être caressée par la lumière si douce et qui fait scintiller l’eau. Se nouer les cheveux car quelques gouttes de sueur perlent sur la nuque. S’assoupir sous les pliures d’un paréo en lin.

Bienheureux ceux qui vivent à Bordeaux et pourront, a. aller voir l’exposition de Tobeen à la Galeries du Musée des Beaux Arts et b. aller quelque part entre La Rochelle et Hendaye, profiter de ces journées qui n’existent qu’entre juin et septembre.

Publicités
Cette entrée a été publiée le 2 juillet 2012 à 2210 37. Elle est classée dans Vis ma vie de Dubaiote et taguée , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Une réflexion sur “Les vacances de Tobeen

  1. Tobeen’s holidays.
    They say, somewhere over the persian gulf, is now summer holidays. To sleep on, pasta salad on the beach, waves, boat trip, exhibitions, apéritif with rose wine, festivals, 10.30 pm diner bathed by the light of late sunshine.
    The light… That sweet light which rocks mornings and evenings, under the pine tree shades. The sweet lightness of being in summer.
    Here, soon light will be synonym of rest and lassitude. Blessed the ones who fast, to live in a country where sunset is at 7pm. It will be forbiden to wear a swimsuit and to sprawl in the water. Sun will be sweltering and its disappereance will be the knell of a certain joy.
    Even, when i look at this picture taken from Tobeen’s paint (1880-1936), Sur la Dune, i can’t avoid to feel keen to be one of these swimmears. To be indulged by that light which drive the water dazzling. To tie the haïr because some sweat drop form on the neck. To doze off underneath the folded linen paréo.
    Blessed the ones who lives in Bordeaux and will be able a. to visit Tobeen exhibition and b. to go somewhere between La Rochelle and Hendaye and enjoy those days occur only between june and september.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :