hellohelwe

L’abaya en bleu de Klein

Qui a dit que les femmes en abaya perdaient de leur féminité, de leur liberté? Certainement pas celui qui a vécu a dubai. Meme si jamais rien ne viendra couvrir me tête (à part peut être un très joli béret en léopard, en mode je cartpostalise ma nationalité française et mon côté on réhabilite l’imprimé wild autrefois réservé aux dames qui battaient le pavé, mais nous digressons trop), et même si il est rare qu’une jupe dépasse mes genoux (comme dit ma mère, si ce n’est pas à ton âge que tu montres tes jambes…) je suis parfois modeusement subjuguée par les femmes emiraties.

Vendredi, 14h, food court. A peu près ce que je déteste de plus au monde. L’odeur du graillon, le monde, les cris des enfants mal élevés. Y aller c’est par instinct de survie, pour me réapprovisionner en nourriture. Ô grand jamais je ne m’attendrai à y être attendri. Pourtant j’ai vu cette femme de dos, le bleu surperbe de son voile, ce bleu si parfait qu’il est celui de ma robe-rêvée-tellement-belle-que-personne-ne-l’a-encore-fabriquée et impossible à trouver chez tous les vendeurs de tissu chez qui je sois allée. Ce bleu est tellement lumineux qu’on dirait un doigt d’honneur aux diktats de présentation parfois sévères de la charria. Ce bleu, dit  »je suis en abaya mais on ne voit que moi ». Grâce à cette femme il y’a  eu pendant quelques instants, dans l’endroit le plus naze de Dubai, un peu d’art, un monochrome de Klein était en mouvement.

Publicités
Cette entrée a été publiée le 14 juillet 2012 à 2008 29. Elle est classée dans Vis ma vie de Dubaiote et taguée , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Une réflexion sur “L’abaya en bleu de Klein

  1. Who sid women in abaya were loosing femininity, liberty? For sure not the one who lived in Dubai. Even if nothing will ever cover my head (expect maybe a leopard print beret, for the postcard style as a French and to redeem a pattern which was previously reserved to ladies who heat the street, khallas the sidetrack) and even if it is very rare I wear an under-knee skirt (as my mum says, if it is not now you show your legs…) I am sometimes fashione-moved by emirates woman.

    Friday 2pm, food court. Basically what I hate the most. Fried food smell, crowd, unbearable children yells. I just go cause I need to feed myself. I won’t never ever expect to be surprised there. Yet, I saw that woman from back, the dashing blue of her veil, this so perfect blue that it is the one I want for my ideal-dress-so-gorgeous-that-no-one-has-created-it-yet but non findable in any fabric shop. This blue is so bright that it looks like a finger claiming fuck to the rules of charria. This blue says ‘’I am wearing an abaya, but the only thing you can see is me’’. Thanks to this woman, for a few minutes, in the lamest place in Dubai, there was a bit of art, like a moving Klein’s monochrome.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :