hellohelwe

Lettre de Syrie

Aujourd’hui est mort Chris Marker, réalisateur de Lettre de Sibérie, . Ses recherches ont nourries les miennes (un mémoire sur « la manipulation par le montage et (dés)engagement par l’image » doit toujours trainer dans la bibliothèque de la Sorbonne) et c’est lorsqu’au collègue j’ai vu ce film, plus exactement la séquence ci-dessous que j’ai compris, comme d’autant avant moi le pouvoir vil d’une image et de ce que l’on pouvait lui faire dire. Si l’on y réfléchit bien ce n’est pas incohérent que les représentations soient interdites dans certaines religions, car elles sont souvent menteuses -aujourd’hui d’ailleurs des recherches scientifiques n’ont elles pas démontrées que Jésus de Nazareth n’est pas le bel éphèbe aux yeux bleus représenté dans les églises européennes mais plutôt un bédouin?-
Mais dans l’époque dans laquelle nous vivons, nous nous nourrissons de ces images et le 11 septembre n’aurait certainement pas gardé la même force traumatique s’il nous avait été seulement relaté par la plume d’Hemingway plutôt que diffusé en boucle par les networks du monde entier.
Alors certes, les images seront toujours analysées, contredites, par, parfois de fumeuses théorie du complot mettant en lumière qu’aucun homme n’a jamais marché sur la lune à force d’arguments a et b, on saura bien évidemment que ce qui est laissé paraître en Chine (ou ici) est biaisé, on saura faire le tri du bon grain et de l’ivraie. On aura appris de nos erreurs passées, de notre cécité face aux génocides arméniens et rwandais. Et on vaudra faire face à l’horreur qui se déroule en Syrie, être un spectateur averti du massacre qu’y s’y déroule. Et on croit ce que l’on voit, ce que l’on lit.
Pourtant les syriens qui m’entourent me répètent à l’envi que ce que je ne vois ne sont que des conneries. Qu’il y a peut être eu trois blessés légers mais pas davantage. Que ce que l’on me montre c’est la version erronée, travestie de la vérité. En somme une des séquence de Lettre de Sibérie. Ceux là sont-ils, comme le décrit Majed Kayali dans le quotidien Al-Mustaqbal, à l’image de la société dans laquelle ils sont :  » et correspond au niveau de développement politique, social et culturel de ses composantes sociologiques. Or c’est le régime syrien et personne d’autre qui a abaissé le niveau de la conscience politique et à dégradé les discours, lui qui contrôle l’éducation de l’école primaire à l’université (..) qui a également la mainmise sur la vie intellectuelle, sur les médias et la vie culturelle. »
Alors Bachar Al Assad a sûrement rejoint les Ceausescau, il faudrait donc écrire une lettre de sibérie aux syriens…

Extrait de Lettre de Sibérie.

Publicités
Cette entrée a été publiée le 30 juillet 2012 à 2109 09. Elle est classée dans Vis ma vie de Dubaiote et taguée , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :