hellohelwe

Le grand déballement

Le jour où j’ai accepté un emploi dans la galerie commerciale de rives d’arcins alors que j’avais quitté Dubaï parce que je détestais les malls, ça n’a pas vraiment été mon smartest move ever. Après un mois de formation (raconté ici mais qui sera détaillé plus tard) me voilà donc dans la réalité du magasin. Et comme toute réalité elle est rêve pour certains – qui pensent que les travaux seront terminés dans 3 jours (alors que pas de sol, pas de peintures, pas de mureaux) et un cauchemar pour d’autres. Soit moi. Et mes 959 cartons à déballer (et à monter en réserve alors que le monte charge, sera lui, installé dans 15 jours, i.e après la bataille). Ojalà, je ne suis pas allergique à la poussière!
L’autre incarnation de mon cauchemar c’est Michèle, sorte de porte parole de la société écran qui donne droit de citer à cette marque en France, qui en (mal)envoyée vient nous faire signer les contrats; après un mois de boulot il était temps. Ah non, en fait elle vient nous raconter les contrats, elle nous les enverra plus tard. Mais ce qu’elle s’empresse de préciser c’est que « comme les hommes aiment bien le samedi, c’est Mr S… (mon collègue) qui aura ses samedis et dimanches, et vous mademoiselle, vos dimanches et lundis » PARDON???????PARDON!!!!! Je croyais que le droit du travail en France devait faire fi de toutes discriminations; de sexe, de religion, d’origine. Visiblement selon elle, le sexe faible aime bien les lundis car « vous pourrez faire vos courses ». Euhhhhh blondasse je t’ai demandé comment passer mes jours de congés? Je ne crois pas non. Alors si ta méconnaissance du droit du travail m’impose tous mes samedis, tu vas vite voir que je vais me convertir au judaïsme et que jour de shabbat, sans pouvoir toucher la lumière, utiliser des appareils électriques etc… je ne vais pas être d’une grande efficacité. A toi de voir demi sœur d’Amanda Lear et Albert Elbaz.
Alors en quittant cet immense parking, autel du consumérisme et diesel frelatés, j’ai le sentiment, comme le chantait le blond ricardisé, que l’on reconnaît l’amour au bruit qu’il fait en claquant la porte, et de regretter amèrement mon précédent emploi.
Mais il ne serait pas honnête de se plaindre davantage des centres commerciaux cauchemardesque, car il y en a un vrai de cauchemar qui s’est déroulé ces trois derniers jours dans un mall à Nairobi. Et celui ci, mérite davantage de faire couler de l’encre que les atermoiements d’une visuel merchandiser. Mais la paupérisation de mon esprit due à mon travail (empoussièrement de mes synaps?) fait de moi l’impossible auteur d’un billet sur la prise d’otage au Kenya.

20130924-212921.jpg

Publicités
Cette entrée a été publiée le 24 septembre 2013 à 2311 30. Elle est classée dans Flair, L'incroyable vie d'une chômeuse et taguée , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :