hellohelwe

Ca passe ou ça casse

A presque trente ans, alors que je ne me suis jamais rien cassé, et que je n’ai jamais saigné du nez je me fantasmais en incassable, tel Bruce Willis dans le film éponyme. Or coup sur coup (aucun jeu de mot ici, simplement une forme de traumatisme que Lacan de décrire comme une redondance du mot qui fait mal) un lit tiroir puis une table basse ont eu raison de la phalange distale du cinquième orteil droit.

Le drame ce n’est pas la gravité de la blessure, on reste dans le domaine du supportable, mais le dommage collatéral, i.e l’incapacité à se chausser convenablement. Ce qui ne serait pas un problème pour Bruce (il est d’ailleurs pieds nus pendant toute la durée de sa dure journée dans Die Hard, Piège de Cristal), l’est davantage pour moi. A cette heure-ci je n’ai toujours pas trouvé la chaussure ad hoc. Le médecin propose des chaussures orthopédique, mais franchement autant se faire amputer du pied. Restent les tongues, mais la discrétion de l’atèle ne saurait justifier, aux yeux des passants croisés, le port du plastique en ville un lundi matin.

Alors que débute la fashion week de Paris, je suis malheureusement foot-fashion weak.

Publicités
Cette entrée a été publiée le 22 septembre 2014 à 1503 06. Elle est classée dans Flair et taguée , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :